Parenthèse ferroviaire

17/11/2009

Pour ceux que la bande-annonce des sept films aurait convaincus…j’arrive.

Mais avant petite précision sur le pourquoi de nos visages affolés par l’allure du train vendredi soir.
Et d’ailleurs, aussi le pourquoi de la quantité de camions sur la route qui nous menait vers le nord, dans cet article là : Quelque part dans le nord à la 85ème minute

Car Silvina – de Periodismosocial où je suis en stage – vient de m’expliquer au déjeuner :

“Alors tu as fini par y arriver, à Mar del Plata ? Vous avez eu de la chance, tu sais que parfois le train s’arrête pendant plusieurs heures au milieu de nulle part, et aucun moyen de savoir quand il va repartir, s’il repart d’ailleurs. Vous avez des bons trains en France, non ? Ici jusqu’aux années 90 le système ferroviaire marchait très bien, les lignes traversaient tout le pays. Je me souviens, quand j’étais petite, je prenais le train très souvent, j’adorais ça.

Mais en 1993 Carlos Menem (président de 1989 à 1999) dans l’élan de ses réformes néolibérales a privatisé la compagnie nationale Ferrocarriles Argentinos. Il y en avait du monde dans les rues, des milliers de travailleurs ont protesté contre cette décision. Seul le réseau de la région de BsAs a subsisté, et quelques lignes, celles qui mènent à Rosario et Cordoba je crois, tout le reste a disparu. Ca a été très lourd de conséquences pour des milliers d’argentins dans les régions plus isolées.
Il y a de véritables villages fantômes aujourd’hui, qui ont été désertés avec la disparition du train. Et ça a plongé des villages entiers dans la misère, ceux dont l’économie vivait avec celle du train.
Et voilà où on en est aujourd’hui…quand tu montes dans un train, tu ne sais pas ce qui peut t’arriver; retards, queues interminables, accidents..Un jour, il y a un an ou deux, un train a mis 48 heures à arriver!”

*******

Un tour sur Internet donne un rapide aperçu de l’importance – insoupconnée, pour ma part!- du problème en Argentine, le sujet étant très très largement débattu, sujet à de nombreux articles, études, livres, documentaires…

Je ne vais pas pouvoir convertir queseyo en google, mais en vrac :

Quand Silvina se souvient avec nostalgie des voyages en train de son enfance, il faut imaginer que c’était le réseau ferroviaire le plus étendu d’Amérique Latine… Dans les années 50 il parcourait  55000 kilomètres, depuis la privatisation , plus que 10000.

Ces “villages fantômes” dont parle Silvina, il y en aurait 430, villages ou hameaux de 2000 habitants, qui risquent de disparaître, d’après ” L’Argentine qui disparaît“, une étude de chercheurs de l’Université en Sciences Sociales de Buenos Aires.
Je lis aussi “Depuis que Menem a privatisé le reséau ferroviaire il y a vingt ans, un processus de dépeuplement des petites villes modifie le territoire dont les conséquences directes sont : un vieillissement de la population, une désertification économique et une détérioration progressives des capacités d’autosuffisance. Les entreprises se sont délocalisées, les services disparaissent et les écoles ferment peu à peu.” Beau tableau.

Et enfin, j’ai retrouvé le “voyage infernal de 48 heures”  des 558 passagers partis de Posadas, Misiones qui ont bien mis deux jours à arriver à Buenos Aires,  après moult rebondissements. Pour les hispanophones, le récit en détai, plutôt rocambolesque

And ciné is back ( non, non, queseyo n’est pas juste un blog de ciné, c’est une illusion):
Pino_Solanas le (ici, fameux) documentariste et politique argentin, a justement réalisé en 2008 La proxima_estacion, Historia y Reconstruccion de los Ferrocariles, dont on m’a dit beaucoup de bien!
Je lui dois la photo plus haut, qui est la pochette du DVD.
Le docu est intégralement sur Youtube, et ici un résumé en 10 minutes :

Ps : Je ne sais pas ce qui me prend de parler de voyages en train, en voiture, en bus, dans les quelques posts de ce blog…ce n’était pas prémédité, je vous le jure !

Anuncios

Una respuesta to “Parenthèse ferroviaire”

  1. sophie laurent said

    Quel désespoir ! Je comprends que le sujet fasse débat! On comprends aussi l’admiration que suscite le réseau ferroviaire en France et nos TGV. Car je crois que les Etats-Unis ont aussi un réseau ferroviaire déficient. Pour dire que certaines choses marchent bien en France….contrairement à ce que pensent certains qui ne vont pas voir ailleurs!
    Besos Mam

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: