Quelque part dans le nord, à la 85ème minute

22/10/2009

autoombre [50%]
Mais quelle idée d’être sur la route mercredi 14 octobre 2009 à 19 heures ?  La voiture s’agite, alors que le match Argentine-Uruguay est sur le point de commencer nous ne sommes ni sur le point d’arriver, ni d’atteindre au moins un bar qui diffuserait le match. Qui n’est pas moins que le match où l’Argentine joue sa place en coupe du monde, et qui plus est contre son rival historique. Caramba.
A 19 heures les joueurs entrent sur le terrain…et nous poursuivons notre route.
Le soleil couchant colore les champs de rouge vif ; notre ombre est un étrange animal à quatre pattes qui ondule s’étend et se déforme.

Je crois un instant que Bruno, Macarena et Adrian se sont fait à l’idée de ne pas pouvoir suivre en direct les avancées de leur compatriotes. Mais c’était oublier notre grande amie la technologie…Elle, au moins, ne nous oublie pas. Au beau milieu de la campagne des provinces du nord, tchik boum, elle apparaît pour nous sauver de notre isolement. Macarena, bien décidée à trouver un moyen de regarder ce match vient de déplier son ordinateur portable sur ses genoux, et cherche obstinément une connexion internet satellite.

L’espoir est vite déçu. Maradona et ses copains ne semblent pas vouloir se montrer. Allez, faites pas vos timides…
Mais non, et puisque tout là haut les satellites ne peuvent rien pour nous… le volant dans une main, Bruno cherche de l’autre, sur le poste de radio, une fréquence qui puisse nous donner des nouvelles du front.

“Scrttchh..Maradona..scrttchhh..” Voilà. Nous y sommes. Projetés dans le stade de Montevideo. Du moins connectés avec un commentateur totalement surexcité qui semble avoir oublié la fonction respiratoire de l’être humain. Je m’inquiète pour lui, faudrait pas qu’il s’étouffe, on a besoin de lui quand même.

retroplusgrdmodif

Un silence religieux s’installe autour de moi…ça doit être passionnant, vous me raconterez ? J’écoute ce qui pour moi n’est qu’une loghorrée verbale sans queue ni tête. Je tente de repérer les intonations, je vois bien que je ne rate ni but ni blessé ni baston ni supporter bourré qui si rue nu au milieu du stade. Mais honnêtement, au risque de décevoir ceux qui m’imaginent en grands progrès en espagnol, je ne comprends stri-cte-ment rien. Ca pourrait aussi bien être de l’ouzbek.

Non mais sérieusement, il lui arrive quoi à ce commentateur ? C’est quoi son secret ? Un café par 1/4 d’heure depuis 8h ce matin, cocaïne, promesse de la station de radio de lui doubler son salaire s’il ne laisse pas passer plus de 10 centièmes de seconde de silence entre chaque phrase?

Sa cadence effrenée semble d’ailleurs avoir inspiré Bruno, qui à défaut de ne pouvoir être sur le terrain s’est lancé dans un grand slalom avec les camions. Je scrute la route avec inquiétude, mais je suis bien la seule à m’en préoccuper. Ils nous collent aux baskets, ces camions, et tout ça apparemment à cause d’une politique qui a laissé à l’abandon le système de trains et oblige aujourd’hui une grande partie des transports de marchandise à se faire par la route.

Passe un camion avec une tête de poupée vissée sur le rétro…plutôt rock’n’roll, finalement.
A nos fenêtres les rues de Santa Fe ont pris la place des champs, une semi-obscurité a effacé leur couleur poupre. Pas un pequenot sur la chaussée, “Tous devant le match” soupire Bruno.
refletmodif

A peu près 20h30, la raison d’être de cette histoire.

85ème minute du match, comme je l’apprendrai plus tard.

On roulait tranquillement. Macarena était en grande conversation MSN car la technologie qui avait boudé le foot avait accordé une exception en faveur de l’amitié virtuelle.

Bercée par l’obscurité et mon ignorance persistente de l’ouzbek, j’étais tombée dans un demi sommeil…

…soudain rompu par un retentissant “GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOALLLLLLLLL…”

Je dirais pas que ça m’a fait bondir de mon siège, parce que la sécurité routière argentine, qui bien sûr est addict à Que se Yo, pourrait lire cet article et m’accuser de ne pas avoir mis ma ceinture.

Mais là au moins, j’ai bien compris ce qui se passait. Bien bien compris.  Plus d’ouzbek ni d’espagnol, on est revenu à un langage universel avec un cri pareil.  Notre commentateur surexcité s’en donne à coeur joie, il étire ses cordes vocales bien comme il faut.  Il reprend pendant trois bonnes minutes, vraiment,  ” GOOOOOOOOAAAAAAAAAL Argentinaaaaaaaaaaaaaaaaaa Increiiiibllleee Argentina para el mundiiiaaal”

Sur le moment je ne comprends ni que l’Argentine doit sa victoire à un certain Bolatti, ni qu’elle termine 4ème de la zone, mais je m’en fous pas mal.
Je pars dans un fou rire, suivie de Macarena, devant Adrian affligé qui en conclut que les femmes n’y comprennent décidément rien.

Je ne sais toujours pas où on est, ni quand on arrivera. Quelque part sur ces 1300 kilomètres qui séparent de Buenos Aires, quitté ce matin, de Laguna Blanca, notre destination. 1300 kilomètres, un petit Paris-Prague.  Seul le GPS – seconde incarnation magique de la technologie- sait où il va, lui qui montre à présent sur l’écran les rues noires  car tellement-il-est-fort il a compris que la nuit était tombée.

Je sais juste qu’on est là, au milieu de nulle part, assis depuis des heures, les jambes toutes engourdies et les paupières lourdes, pendant qu’un peu plus au sud, au bord du Rio de la Plata se lèvent en ola des milliers de supporteurs euphoriques ; Nous en route pour Laguna Blanca, et l’Argentine en route pour l’Afrique du Sud.
Anuncios

3 comentarios to “Quelque part dans le nord, à la 85ème minute”

  1. Décidément ton blog me plaît de plus en plus! j’ai hate d’avoir l

  2. a suite! un monton de besos
    virgule

  3. […] Noviembre 17, 2009 Pour ceux que la bande-annonce du film le plus long de l’histoire aurait convaincus…j’arrive. Mais avant petite précision sur le pourquoi de nos visages affolés par l’allure du train vendredi soir. Et d’ailleurs, aussi du pourquoi de la quantité de camions sur la route qui nous menait vers le nord, dans cet article là : Quelque part dans le nord à la 85ème-minute […]

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: